Sommets de négociations

Les négociations sur la recherche de solution consensuelle à la crise malgache ne sont pas encore terminées. Nous vous invitons néanmoins à revivre en images les 2 premiers jours de ces négociations.

Voir les photos des 3 et 4 novembre 2009

COMMUNIQUE MOUVANCE RAVALOMANANA

ADDIS ABEBA 04 novembre 2009

 

Constant dans sa position maintes fois exprimée et désormais bien comprise par les négociateurs, médiateurs et observateurs du processus de Maputo, mais animé d'une ferme volonté de débloquer les négociations pour aboutir à une Transition conventionnelle porteuse d'espérance pour la Nation malgache tout entière, le Président Marc RAVALOMANANA a fait, dans le cours des pourparlers du 4 novembre 2009, une proposition majeure et positive de nature à asseoir la Transition conventionnelle souhaitée.

 

Cette proposition, par ailleurs innovante et conforme en tous points à la Charte de Maputo qui exige une Transition neutre, consensuelle et inclusive, au surplus conforme à la tradition malgache du Fihavanana, consiste à mettre au sommet de l'Exécutif de la transition « une co-présidence » . Cette proposition est une concession énorme de la part de la mouvance RAVALOMANANA .

 

Enfin, cette proposition porteuse d'espérance répond à l'intérêt supérieur de la Nation, laquelle doit pouvoir compter sur une Transition apte à juguler les rivalités d'hier et à faire de la Présidence de la période transitoire le symbole de la paix civile, et ce notamment en vue des prochaines échéances électorales qu'elle a à charge d'organiser et de mener jusqu'à terme afin  d’assurer le retour  à l’ordre constitutionnel, garant d’une stabilité et d’une paix durable nécessaire pour le développement économique et social.

21H30 : Les négociations se sont achevées pour aujourd'hui sur une note d'echec car Rajoelina s'accroche à son siège, il a proposé le poste de vice-président à la mouvance Ravalomanana que celui-ci a refusé catégoriquement. Théoriquement les négociations devraient s'achever demain 5 novembre. Rajoelina fait le chantage de rentrer demain soir quoi qu'il arrive. Béatrice Lederl, la femme "forte" du Quai d'Orsay a cherché à s'entretenir avec le Président Ravalomanana qui lui a signifié une fin de non recevoir. La dame cherche en ce moment, pendant le dîner, dans la mouvance Ravalomanana à obtenir une audience auprès de lui, mais trouve à chaque fois porte close.
Les négociations reprendront demain matin 10h.

19.47: lors d' une discussion avec Béatrice LEDERL (Quai d'Orsay, photo ci-contre), elle a indiqué que la négociation allait dans le bon sens maintenant d'autant plus que Ravalomanana est présent maintenant puisque meme sans lui les négociations allaient passer à 3. Donc la France approuve, selon elle, la présence de Ravalomanana autour de la table des négociations. ( Mais qui est la France pour approuver ou non la presence de Ravalomanana? Joue-t-elle un role de décideur quelques part dans ces négociations?

19.40 Les discussions continuent ici à Addis Abeba. Les disciussions sont rudes, les négociateurs rentrent et sortent de la salle de négociations pour se calmer. La Proposition de ratsiraka sur la présidence collégiale et tournante est discutée en ce moment. Tous les représentants des pays facilitateurs sont présents. On attend ce soir le représentant de l'Union européenne

17h53 (heure locale) : On entre dans les négociations 7+1 (c'est à dire : 7 mbres de chaque mouvance + leur chef de file). La tension monte dans la salle, Ratsiraka a proposé une co-présidence des 4 mouvances mais tournante. Dramé n'assiste pas à cette négociation 7+1

16h44 : M. Carter, représentant des États-Unis, vient d'entrer dans la salle de négociation. Aussitôt, toute la mouvance Ravalomanana, y compris son chef de file le Président Marc Ravalomanana, est sortie en compagnie de M. Chissano pour discuter dans une autre pièce. En sortant de la salle de négociation pour discuter avec M. Chissano dans une autre salle, en voyant les membres du collectif-GTT venus spécialement le soutenir, le Président Ravalomanana s'est écarté un moment de sa délégation, tout sourire, et est venu saluer personnellement 2 des membres du collectif-GTT qu'il a d'ailleurs déjà rencontrés au mois d'août à Johannesburg.

10h30 : Les consultations des facilitateurs auprès des mouvances viennent de se terminer. Les négociateurs partent pour le centre de conférence de l'UA. Début des séances dans les 30 mn

- Niditra ny trano fivoriana ny lehibe mpitarika ny ankolafy tamin'ny irakam-binifolo sy sasany maraina
- Niato izany fivoriana izany tamin'ny dimy latsaka fahefany tolakandro
- Avy eo samy nivory nitokana niaraka t@ delegasiona avy ny  lehibe mpitarika tsirairay avy ka nisy dinika nataon'Atoa Chissano tamin'ny ankolafy tsirairay, avy eo.
- Niditra tao amin'ny efitrano fivoriana hafa "community one room" ny  lehibe mpitarika ny ankolafy 4 niaraka tamin'ny mpikambana delegasiona fito avy tamin'ny dimy sy sasany niaraka tamin'ny mpanelanelana (Chissano, Jean Ping, Tiebelé Dramé, Ouedraogo ary Philip Carter).
- ny nataon'i Chissano nandritra ny fihaonana nataony tamin'ny maraina dia nanangona ireo sosokevitra avy amin'ireo ankolafy t tsirairay avy
- ny atao izany izao ao aminn'ny "community room" dia ny hihady hevitra mikasika ireo psosokevitra nangonina miaraka amin'ireo lehibe mpitarika sy mpikambana 7 isaky ny ankolafy izany hoe manasongadina ireo hevitra mafonja
- miainga amin'ireo sosokevitra ireo ny fanapahan-kevitra
- henjana ny ady hevitra satria misy miziriziry amin'ny heviny
- efa nanambara anefa Chissano fa izay no atao hoe fifanakalozan-kevitra, ka tsy maintsy manao concession mandrapahita marimaritra iraisana
- Hatramin'izao hanoratanay izao dia mbola tsy nisy vaovao nivoaka fa mbola miandry avokoa

Le temps passe très vite et la pression monte actuellement. Il est temps de faire un bilan sur la situation actuelle. La Françafrique est encore présente dans les négociations ici à Addis Abeba. On voit en l'occurrence la présence d'un représentant du Quai d'Orsay (Béatrice) ainsi que de l'adjoint de l'ambassadeur de France à Madagascar et d'autres responsables françafricains sur les lieux. Mais face à cela, la communauté internationale mais aussi les grandes puissances du monde commencent à s'affirmer et se positionnent dans les négociations de sortie de crise. Les Etats Unis d'Amérique représentés par le secrétaire d'Etat Carter et de M Niels Marquardt ambassadeur à Madagascar ont déclaré qu'il n'y aura point de sortie de crise tant que Rajoelina reste dans la transition et tant que la France reste sur sa position. Il faut dire que la France ne veut pas lâcher l'accord de coopération bilatérale entre elle et Madagascar en 1958 et d'autant plus qu'elle ne veut pas lâcher cette ile au tresor qu'est Madagascar. En tout cas tous les yeux sont braqués sur la France actuellement, plus précisement, un représentant de l'Union européenne est présent sur les lieux pour vérifier les actes de ces Francais ainsi que de leurs collabos, tous faits et gestes seront surveillés avec soin.
Concernant la position de la communauté internationale, elle est convaincue actuellement que c'est vraiment le patriotisme et le respect de la démocratie qui poussent le Président Ravalomanana à garder une position ferme sur ces négociations. Les hauts responsables américains et chinois sont de cet avis.

Nihaona t@ filoha Ravalomanana io maraina io t@ 10h00 ny equipe de mediation tarihan'Atoa Joaquim Chissano, izay nahitana an'Atoa Edem Kodjo sy Atoa Triéblé Dramé. Naharitra ora iray ny fihaonana ary tsy nisy nipika ny dinika.
Avy hatrany dia namonjy ny trano fivoriana teto @ Union Africaine ny rehetra avy eo ka t@11H30 no niantombohan'ny dinika teo @ chef de File 4 miralahy mianaka.
Hatramin'ny fotoana hanoratanay izao dia mbola mivory en huis clos hatrany izy ireo.

Voir les photos de la rencontre d'aujourd'hui

Suite aux négociations qui ont commencé depuis la crise à Madagascar, les chefs de file des 4 mouvances se sont réunis depuis hier 3 novembre 2009 à Addis Abeba, la capitale Ethiopienne.

La forte délégation de la mouvance RAVALOMANANA, a atteri sur le sol éthiopien dans la soirée du Lundi. Elle a été accueillie par Ablassé Oudraogo. Dès l'arrivée le Président a annoncé la couleur, il a fait comprendre à ce dernier que son accueil n'était point une bonne idée suite aux déclarations qu'il avait fait à Madagascar recemment.

La matinée du Mardi, les mouvances ont préparé la réunion de l'après-midi. Vers 15h45 heure éthiopienne, le sommet a commencé avec le discours d'inauguration prononcé par Jean PING, suivi du discours de Zafy Albert, doyen des 4 mouvances. Le Président Ravalomanana a décidé de ne commencer les négociations que quand M Chissano sera arrivé. En effet M Chissano s'est fait excusé et ne pouvait arriver que le mardi soir suite à un retard. La séance a été suspendue suite à cette demande.

A 22H30, les négociations ont repris, le Président Chissano était arrivé, ils se sont réunis à huis clos durant presque 3h. A 1h30 du matin les mouvances avec les négociateurs ont quitté la salle. Une première déclaration s'en suivait, faite par CHissano, Il a noté que les négociations se passent bien et qu'il allait rencontrer chaque chef de file le matin du mercredi avant le début de séance. A l'heure où nous écrivons, les rencontres ont commencé, et nous sommes dans l'attente de l'heure de début des réunions.Le Président Ravalomanana pour sa part rencontrera Chissano à 10h.  

 

Des membres du collectif-GTT ont diné le soir du 3 novembre 2009 avec les membres de la délégation de la mouvance Ravalomanana.

Voir les photos !

PRISE DE PAROLE de S.E. le président Ravalomanana
lors de la séance à huis clos des quatre chefs de file à Addis Abeba

le 03 novembre 2009

 

Monsieur le Président,

 

Merci de me donner la parole. Nous sommes ici pour la continuation logique de Maputo II, où il n’y a eu ni consensus, ni signature.

 

Le communiqué final du 28 août a bien souligné l’impossibilité de trouver un consensus concernant les trois postes clé de la transition : le Président, le Vice-président et le Premier Ministre.

 

La décision prise lors de la réunion du GIC au Carlton n’est pas conforme aux procédures. Ce n’est pas le rôle des Chefs de délégation de prendre des décisions au nom des Chefs de file.

 

Donc, nous sommes ici à Addis Abeba pour continuer les négociations et trouver un consensus.

 

Je le répète encore, par principe, Je ne veux pas légitimer l’auteur d’un coup d’état.

 

Par ailleurs, l’Article 1 de la Charte de Maputo stipule clairement une transition « neutre, consensuelle et inclusive ». Il faut respecter  les accords signés.

 

La Mouvance Ravalomanana est décidée et est en droit de réclamer le poste de Président de la Transition. Ceci, essentiellement en raison de la légitimité démocratique dont elle dispose à la suite des élections de 2006.

 

Donc, je propose officiellement M. Manandafy Rakotonirina comme Président de la Transition.

 

En ce qui concerne les désignations de M. Mangalaza, en tant que Premier Ministre, et de M. Rakotovahiny, en tant que Vice-Président, je réitère qu’il y a eu vice de procédure. Cependant, Je suis prêt à négocier en bilatéral avec les Mouvances Zafy Albert et Ratsiraka pour avaliser ou non leurs désignations.

 

Je vous remercie. 

BREVES INFORMATIONS

Séance à huis clos des quatre chefs de file

3 novembre 2009

Voir toutes les photos de la journée

 

 

La première journée de la réunion sur la résolution de la crise à Madagascar s’est déroulée au siège de l’Union Africaine à Addis Abeba le 3 novembre 2009 à partir de 15H30.

Après l’ouverture solennelle, une séance à huis clos s’est déroulée à partir de 23h, séance entre les 4 chefs de file et les médiateurs conduits par le Président CHISSANO.

La réunion s’est terminée à 1h du matin. Nous vous rapportons ci-après la proposition du Président Ravalomanana lors de sa première prise de parole durant cette séance.

 

Il est à noter que lors de cette réunion, le Président Marc RAVALOMANANA dans le but d’apporter une solution à la sortie de crise a proposé deux noms comme Président de la transition., Le premier celui de Monsieur Manandafy RAKOTONIRINA de la mouvance Marc RAVALOMANANA et le second une personnalité neutre, en la personne du Professeur Raymond RANJEVA.

 

Ce dernier est reconnu pour ses capacités et ses expériences en matière de droit et de relations internationales. Une telle proposition contribuera au processus de mise en place du retour à l’ordre constitutionnel.

 

La réunion se poursuivra dans la matinée du mercredi 4 novembre par une visite des médiateurs auprès de chaque chef de file pour consultation.
  

 

 

 

 

Syndiquer le contenu