Négociations Addis Abeba 3-7 novembre 2009

Les négociations de sortie de crise ont débouché sur la signature d'un acte additionnel à la charte de transition signée à Maputo le 9 août 2009. Cet acte additionnel signé à Addis-Abeba a été approuvé et validé par les 4 chefs de file des 4 mouvances politiques participant à ces négociations.

Le Président Marc Ravalomanana a été interviewé tôt ce matin à la sortie de la séance de négociations d'hier.


6h40 - C'est plié ! On vient de signer et la cérémonie de clôture des négociations vient de se terminer aussi. Rien a bougé dans ce qui est annoncé. Seul le nombre des ministères ont été répartis sans encore distinguer lesquels iront à quelle mouvance.
22h45 - Répartition des postes  définitive pour le Congrès de la Transition : Président  : Mamy Rakotoarivelo (Mouv. Ravalomanana). Chaque mouvance dispose de 52 postes, il reste 50 postes que les 3 présidents et le PM discutent de la répartition en tenant compte quand même du nombre de députés TIM dans la précédente législature (la mouv. Ravalomanana devrait donc être majoritaire dans ce CT).

Autre institution dont la répartition est définitive : CST (Conseil sup. de la Transition) : Présidence, mouv. Rajoelina. Les 4 mouvances ont chacune 12 postes, il reste 20 postes que les 3 pdts et le PM discutent de la répartition mais en tenant compte du nombre de sénateurs TIM dans le précédent Sénat.

22h20 - Ca vient de tomber : 3 presidents : Fetison, Rakotovahiny et Rajoelina. (ce serait un conseil de présidence ou co-présidence) ; PM : Mangalaza. Les postes de VP et VPM sont encore à discuter
19h50 - Une petite pause  des Chefs de file (la réunion se passe entre eux seuls) : le Président Ravalomanana réunit en ce moment les membres de sa mouvance
19h05 - Rajoelina aurait accepté la co-présidence proposée par Ratsiraka. Le conditionnel est de rigueur car avec lui, cela pourrait changer au gré de ses caprices. On s'acheminerait donc vers une issue imminente des négociations si les mouvances Ravalomanana et Zafy acceptent ce cas de figure
17h50 - Reprise des négociations
16h05 - Les négociations sont suspendues pour une pause déjeûner.
15:05 - Le Président Ravalomanana et Rajoelina sortent de la réunion à 1+2 et rejoignent la séance entre les 4 mouvances. Rien n'a filtré de leur entrevue précédente

14h30 : Le chef de file Ravalomanana et 2 membres de sa délégation  ( Fetison et Me Hanitra Razafimanantsoa) entament en ce moment une discussion dans une salle avec uniquement Rajoelina et 2 membres de sa délégation également (Ny Hasina Andriamanjato, Ratsirahonana)

14h03 : Les négociations ont commencé. Rajoelina est finalement venu après avoir présenté ses plates excuses à Chissano. Les négociations se déroulent en 1+0 (rien que les chefs de file) avec les facilitateurs

13h30 : Rajoelina s'est entretenu avec Ouedraogo dans une autre salle. Il a déclaré à son arrivée qu'il a eu la "garantie" de Chissano, Dramé, Ouadraogo l'application de Carlton le 6 octobre dernier. Selon ses dires : il est revenu à  la table des négociations car il "n'aime pas voir le peuple malgache souffrir". En ce qui concerne les concessions qu'il ferait, il dit ne pas encore être en mesure d'en parler qu'en cours de négociations.

13h12 : Depuis ce matin, l'attente commence à peser. La mouvance rajoelina n'est pas présente dans le Africa Hall. On attend les caprices d'un jeune "décideur" incapable, soutenu par la France. À l'heure où on parle, la France commence à faire son lobbying aupres de CHISSANO et de DRAME. Va-t elle encore faire plus de pression pour bloquer la situation tant qu'elle ne trouve pas son intérêt ? En tout cas la tension monte et le coeur bat à pleine vitesse.
On ne peut pas admettre qu'un gamin capricieux puisse bloquer l'avenir du pays. À l'heure actuelle, le président Chissano discute avec le Président Ravalomanana. on espere vivement la continuation des négociations.

13h10 : Bearice Lederle, la représentante de la France vient d'arriver au centre de conférence de l'UA.

12h43 : Les 3 mouvances, Ravalomanana, Ratsiraka et Zafy sont arrivés au centre de conférence pour la suite des négociations. Andry Rajoelina est resté à son hôtel. Il dit vouloir faire une annonce à la presse.

Dans une série d'interviews réalisées tôt ce matin à la sortie des négociations d'hier, tous les participants, les mouvances comme les médiateurs, constatent unanimement la volonté de blocage manifeste dont fait montre le putschiste Andry Rajoelina.

Voici les photos de cette nuit du 5 novembre 2009, lorsque le putschiste Rajoelina a choqué tout le monde en voulant claquer la porte des négociations.

Voir les photos de la fuite du putschiste

1h50 : Déclaration de Zafy Albert au sujet du clash de Rajoelina : "L'attitude de Rajoelina est une honte pour Madagascar. Il serait très difficile pour ma mouvance de le supporter dorénavant. Si Rajoelina ne vient pas demain, les négociations se feront à 3 car il s'exclut de lui-même !"

1h25 : Tous les négociateurs sont furieux, Chissano traite Rajoelina d'enfant mal élévé :ll lui dit : "C'est moi qui dirige ces négociations, c'est à moi de les arrêter, pas à vous !" Tout le monde est furieux. Les négociations sont finies pour ce soir sans prise de décision sur les 3 postes-clés. Elle reprendront demain matin.

1h15 : Rajoelina quitte avec fracas la salle des négociations : "si vous ne voulez pas de ma présidence, je pars !" clame-t-il... Dramé le poursuit jusque dehors et essaie de le retenir, sans succès. Dramé se tourne vers les représentants français et discutent avec eux. Tout ceci se passe devant l'assistance dans le hall. Une chanson fuse : "Je m'enfuis, je pars, vous n'aurez pas d'enfant ce soir...", chanson reprise comme une traînée de poudre par ceux qui assistent à la scène !

00h06 : Reprise des négociations

23h32 : Status quo,... car blocage au niveau des répartitions de postes : répartition de 20 postes ministériels sur 28 : 5 par mouvance.  Il reste les 8 qu''on appelle "les autres". Proposition équitable de 2 par mouvance, mais Rajoelina veut les 8 pour sa seule mouvance. Pour le Congrès de la Transition : 64 postes par mouvance, Ratsiraka cède 14 places de sa mouvance à Rajoelina, mais celui-ci veut 108.  Pour le Conseil de la Transition : 64 postes à répartir aux 4 mouvances, ce qui donne 16 à chacune, Ratsiraka cède 5 places à Rajoelina mais celui-ci veut 23. Personne n'est dupe de la mauvaise foi flagrante de Rajoelina. Certains membres de la communauté internationale n'aident pas au bon déroulement des négociations, ils montrent même un penchant certain pour Rajoelina. Pour le moment, il n'y a pas de reprise de discussion pour les 3 postes clés (President, PM et VPM). Les USA éxigent que la présidence n'aille pas aux putschistes, l'UE menace des sanctions pour demain s'il n'y a pas d'issue, la SADEC organise une réunion sur Madagascar demain en vue d'éventuelles sanctions.

21h30 : Les négociations sont dans l'impasse au niveau de la recherche de solution pour la Présidence de la transistion. Les mouvances ont orienté les négociations sur les postes ministériels, mais là aussi, Rajoelina exige 13 ministères dont tous les ministères de souveraineté, ce qui a provoqué une tollée d'indignation des 3 autres mouvances. Les discussions sont donc de nouveau interrompues, que ce soit au niveau du poste de Président que des postes ministériels.

18h40 : les discussions continuent, encore une fois la communauté internationale fait une grande pression au niveau de la médiation. Il faut le dire qu'on sent encore une prise de position ou du moins une inclinaison de sa position vers une mouvance. en tout cas une forte sanction tombera demain sur le sort de Madagscar de la part de l'UE si consensus n'y est pas. D'autres schémas s'ouvrent actuellemnt sur la presidence de la transition: deux copresidents et deux co vice presidents, mais le groupe de médiation insiste sur une presidence unique et deux co vice presidents. La discussion s'engage aussi au niveau des postes ministeriels

16H 4O Depuis plus de 3h les 4 chefs de files assistés par leur délégation se réunissent en assemblée dans la salle de réunion de l'UA CENTER. La présidence de la transition est au centre des discussion depuis l'ouverture de cette médiation à Addis Abeba. La mouvance Rajoelina fait blocage à la proposition sur le schema d'une coprésidence. Une coprésidence qui est une solution approuvée par la communauté internationale et les 3 autres mouvances. A l'instant même Mialy Rajoelina qui s'est introduite dans la réunion depuis hier soir s'est entretenue ouvertement avec les deux francais coaches de Rajoelina. En tout cas au moins c'est clair, la France se montre ouvertement : quel camp elle soutient.

12:20 - Début de la réunion à huis clos entre les 4 chefs de file.

12:17 - Ils sont sortis de la salle de réunion de la mouvance Ravalomanana et ont rejoint la salle de conférence où les 4 chefs de file se réunissent pour continuer les négociations.

12:05 - MM. Chissano, Dramé, Kodjo ont rencontré le Président Ravalomanana dans la salle de réunion de la mouvance Ravalomanana

11:45 - La réunion de la mouvance Ravalomanana a débuté. Chaque mouvance fait une réunion entre ses membres

11:30 - Entretien spécial du Président Ravalomanana et de M. Ratsirahonana dans la salle de réunion de la mouvance Ravalomanana. L'entretien a duré 15 mn.

10h30 : Les négociations vont reprendre vers 11h. Le Président Ravalomanana a dit aux membres du collectif-GTT qui l'ont rencontré ce matin qu'il a rencontré le représentant de l'UE et qu'il a bon espoir que la solution à la crise malgache sera trouvée aujourd'hui

10:00 - Le Président Ravalomanana a reçu le représentant de l'OIF, M. Edem Kodjo. La rencontre a duré 45 mn. Suite à cela le Président Ravalomanana a rejoint le centre de conférence de l'UA pour la suite des négociations.

9h30 - Le Président Ravalomanana a rencontré à son Hotel l'envoyé spécial de l'UE, M. Jeremy Lester. L'entretien a duré environ 20 mn. Rien n'a filtré de cette rencontre.

Au vu des photos, des 4 chefs de file et leur mouvance respective, le Président Ravalomanana est le seul vraiment détendu et souriant. Il est vrai que c'est le seul qui a la conscience tranquille dans ce coup d'état et ces négociations qu'il ne veut pas que ce soit un "jeu de poker menteurs" où les autres participants à ces négociations voulaient en faire. Le Président Ravalomanana est un homme de principe et de parole : il a déjoué les visées pas très catholiques de Rajoelina et certains "facilitateurs" à la solde de renimalala.

Voir les photos des négociations de ce jour

Les négociations sur la recherche de solution consensuelle à la crise malgache ne sont pas encore terminées. Nous vous invitons néanmoins à revivre en images les 2 premiers jours de ces négociations.

Voir les photos des 3 et 4 novembre 2009

COMMUNIQUE MOUVANCE RAVALOMANANA

ADDIS ABEBA 04 novembre 2009

 

Constant dans sa position maintes fois exprimée et désormais bien comprise par les négociateurs, médiateurs et observateurs du processus de Maputo, mais animé d'une ferme volonté de débloquer les négociations pour aboutir à une Transition conventionnelle porteuse d'espérance pour la Nation malgache tout entière, le Président Marc RAVALOMANANA a fait, dans le cours des pourparlers du 4 novembre 2009, une proposition majeure et positive de nature à asseoir la Transition conventionnelle souhaitée.

 

Cette proposition, par ailleurs innovante et conforme en tous points à la Charte de Maputo qui exige une Transition neutre, consensuelle et inclusive, au surplus conforme à la tradition malgache du Fihavanana, consiste à mettre au sommet de l'Exécutif de la transition « une co-présidence » . Cette proposition est une concession énorme de la part de la mouvance RAVALOMANANA .

 

Enfin, cette proposition porteuse d'espérance répond à l'intérêt supérieur de la Nation, laquelle doit pouvoir compter sur une Transition apte à juguler les rivalités d'hier et à faire de la Présidence de la période transitoire le symbole de la paix civile, et ce notamment en vue des prochaines échéances électorales qu'elle a à charge d'organiser et de mener jusqu'à terme afin  d’assurer le retour  à l’ordre constitutionnel, garant d’une stabilité et d’une paix durable nécessaire pour le développement économique et social.

Syndiquer le contenu