Négociations Addis Abeba 3-7 novembre 2009

Johannesburg, le 13  novembre 2009

Cher Monsieur le Président,

Suite à notre conversation téléphonique de ce jour, je vous confirme l'inquiétude de ma mouvance face aux agissements de la Mouvance Rajoelina.

Des problèmes apparaissent actuellement relatifs aux questions de la répartition des postes ministériels et la logistique.

Concernant la répartition des postes ministériels, il semble que les principes de traitement égalitaire et équitable sont perdus de vue, du fait des exigences de la Mouvance Rajoelina.

Concernant la logistique, les trois présidents doivent occuper ensemble les Palais d'Ambohitsorohitra et d'Iavoloha comme lieux de travail et avoir le matériel roulant conforme à leurs fonctions. Je tiens à rappeler l'esprit de l'Acte Additionnel d'Addis Abeba où il n'y a pas de lien de subordination verticale au sein du Conseil Présidentiel.

Les agissements de la Mouvance Rajoelina sont des entraves à la bonne marche de la mise en place des institutions de la transition et constituent des sources réelles d'implosion de la coalition des mouvances pour la conduite de la transition.

Nous devons travailler ensemble pour résoudre rapidement ces problèmes. Nous considérons toute obstination à aller à l'encontre des règles d'équité et d'égalité comme violation de l'esprit de réconciliation, et nous en prendrons acte pour réagir comme il se doit.

Aussi, je requiers instamment votre intervention pour faire respecter ce qui a été convenu, conformément à l'esprit de la charte des valeurs.

Nous ne manquerons pas de réagir si des manquements persistent.

Veuillez trouver ci-jointe copie de la lettre que j'ai envoyée au président Fetison Rakoto Andrianirina  et copie de celle qu'il m'a adressée en réponse.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma haute considération.

Président Marc RAVALOMANANA

Fichier attachéTaille
Lettre de SEM Président Ravalomanana à Chissano105.07 Ko

Antananarivo, le 13 novembre 2009

Objet : Application des accords de Maputo et d’Addis-Abeba.
Excellence, Cher Président,
J’accuse réception de votre lettre citée en référence dont la teneur a attiré toute mon attention. Je vous remercie de votre volonté de trouver une solution définitive et radicale à cette crise politique à Madagascar.
En effet, nous avons déjà entamé la première réunion du Conseil Présidentiel le 11 novembre dernier au cours de laquelle, nous avons jeté les bases de notre collaboration et de notre mode de fonctionnement. Nous avons également discuté la poursuite des travaux en suspens à Addis-Abeba, à savoir les clés de répartition et la mise en place de toutes les structures de la Transition.
Il en ressort de cette réunion les deux points fondamentaux suivants :

  • Une divergence de vue quant à l’interprétation et la mise en place de l’accord d’Addis-Abeba,
  • Le retard dans la mise en place d’au moins le Gouvernement d’Union Nationale avant la fin de cette semaine.

Le principe de la co-présidence devra faire l’objet d’une clarification des quatre mouvances sous l’égide de la Médiation pour éviter tout autre blocage.
A nos yeux, la Présidence de la Transition doit être assurée par le Conseil Présidentiel au sein duquel tous types de décisions doivent-être pris pour assurer le caractère neutre, consensuel et inclusif de la Transition tel que l’édicte la Charte de la Transition. Par « décision », il faut entendre et comprendre soit un acte d’opportunité politique ou de représentation, ne nécessitant aucune forme particulière et engageant l’Etat, soit un acte constitutif ou nominatif nécessitant une des formes prévues par la Charte de la Transition.
Toute décision de quelque nature qu’elle soit et qui concerne les affaires intérieures ou les affaires internationales, doit être prise au sein du Conseil Présidentiel, à l’unanimité des membres dudit Conseil avant exécution ou mise en application.
Les nominations aux hauts emplois de l’Etat font obligatoirement l’objet d’un accord préalable des deux Co-Présidents, tout comme les nominations des Ambassadeurs de Madagascar à l’extérieur.
Le titre de Président de la Transition est d’ordre purement protocolaire, ne lui conférant aucune primauté ni autorité sur les deux Co-Présidents, lesquels font, avec le Président, partie intégrante du Conseil Présidentiel, sans lien de subordination.
Dans les prises de décisions, l’initiative appartient indifféremment aussi bien au Président qu’à l’un ou l’autre des deux Co-Présidents et sur tous sujets sans qu’il y ait de « domaine réservé » à l’un ou à l’autre.
Les orientations de politique gouvernementale dans tous les domaines sont de même discutées et définies au sein du Conseil Présidentiel avant adoption par le Conseil des Ministres.
En ce qui concerne les postes de responsabilité au sein du Gouvernement, je vous confirme ci-après ma proposition :
1. Postes déjà attribués à la Mouvance Ravalomanana :
         -   Ministère des Affaires Etrangères,
         -   Ministère de l’Agriculture et de la Réforme foncière
2. Postes à solliciter :
         -   Ministère de l’Education Nationale,
         -   Ministère de la Décentralisation (bien entendu, cela suppose un éclatement du Département Décentralisation et Aménagement du Territoire),
         -   Ministère des Mines et Hydrocarbures,
         -   Ministère de la Santé.
Je vous remercie de votre collaboration.
Veuillez agréer, Excellence, Cher Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Fetison RAKOTO ANDRIANIRINA

Fichier attachéTaille
Lettre de Fetison au Président Ravalomanana (PDF)299.94 Ko

Johannesbourg, le 12 novembre 2009

Cher Monsieur le président,

Je vous rappelle que des principes ont été unanimement acceptés à Addis Abeba concernant la répartition des postes ministériels. Nous devons respecter ces principes. En conséquence, nous exigeons la transparence et un traitement égalitaire et équitable de toutes les Mouvances dans la répartition des postes ministériels.
Je tiens à vous rappeler que les Ministè res suivants :
1. Le Ministère des Affaires Étrangères et
2. Le Ministère de l' Agriculture ct de la Reforme Foncière
ont été déjà attribues à la Mouvance Ravalomanana à Addis Abeba. Et les acquis ne doivent plus être remis en cause.

Par ailleurs, Je me suis entretenu au téléphone, ce jour avec M. Drame, représentant de l' Équipe Internationale de Médiation à Antananarivo. Je lui ai reconfirmé que la Mouvance Marc Ravalomanana a postulé pour les départements suivants, selon tableau ci-joint établi à Addis Abeba :
3. Ministère  de l'Education Nationale,
4. Ministère  de la Décentralisation
5. Ministère  des Mines et Hydrocarbures
6. Minis tère  de la Santé
Pour le reste qui pourrait nous échoir, veuillez toujours consulter notre Mouvance.
Concernant les Ministères de la Communication et de la Décentralisation à titre d exemple où il y a litige entre deux mouvances. si l'un échoit à la Mouvance Ravalomanana l' autre revient automatiquement à la Mouvance Rajoelina. Vous devez respecter cette ligne de conduite.
Nous considérons toute obstination à aller à l'encontre des règles d 'équité et d 'égalité comme violation de l'esprit de réconciliation, et nous en prendrons acte pour tout remettre en cause.

Président RAVALOMANANA

Cette vidéo a été tournée par l'équipe des membres du collectif GTT qui ont raccompagné le Président Marc Ravalomanana lors de son départ à l'aéroport d'Addis Abeba.

Cette vidéo a été tournée par l'équipe des membres du collectif GTT qui se sont rendus sur place pour suivre les négociations.

5 membres du collectif-GTT ont été présents pendant les 5 jours qu'ont duré les négociations. Ils ont été invités par la délégation de la mouvance Ravalomanana, dont le Président Marc Ravalomanana en personne, à la cérémonie de signature de l'acte additionnel de la charte de transition. Ils ont assisté, et soutenu le Président Marc Ravalomanana tout au long de ces négociations.

Voir les photos !

5 membres du collectif GTT ont accompagné la Mouvance Ravalomanana pour soutenir le Président Marc Ravalomanana tout au long de ces négociations à Addis Abeba.

Voir les photos des membres du collectif GTT avec la Mouvance Ravalomanana du 4 au 7 novembre 2009

Les quatre chefs de file des mouvances ont finalement signé l'acte additionnel à la charte de Maputo, acte constituant le résultat des négociations qui ont eu lieu cette semaine à Addis Abeba.

Voir les photos de la signature

Suite à la signature de l'Acte additionnel à Addis Abeba, des membres du Collectif-GTT ont interviewé des membres de la délégation Ravalomanana.

Syndiquer le contenu